L’Eglise : un bilan contrasté

Vous le savez, le bilan des actions de l’Eglise est très contrasté. D’un côté, elle a aidé des milliers de gens et de l’autre, elle a commis des atrocités sans nom. Quand on voit cela, il y a de quoi se poser des questions : comment la même foi peut-elle conduire à la charité comme à la guerre ? Comment la lecture d’un même livre peut-elle produire des effets si opposés ?

  • Lecture de Jean 5, 36 à 44
  • Lecture de 2 Corinthiens 3, 6

Au cœur de la foi, un risque

Paul nous propose une explication très claire en affirmant qu’au cœur de la foi chrétienne, il y a un risque : « La lettre tue et l’Esprit vivifie ». La foi peut conduire à la vie comme à la mort. Les deux directions sont possibles. Être croyant ne nous conduit pas forcément à la vie. Cela dépend de nous.

Ce premier constat est important car Paul reconnait que le ver est dans le fruit : si la religion chrétienne a produit tant d’atrocités, c’est qu’elle est basée sur un couple formé par la lettre et par l’Esprit et que l’un des deux, la lettre, conduit à la mort. Nous verrons après pourquoi, mais il est important de constater que le risque de dérapage est propre à la foi.

Tout dépend de notre attitude de croyant : allons-nous nous baser sur la lettre ou sur l’Esprit ? Notre responsabilité est grande. Il ne suffit pas d’être chrétien pour être du bon côté, du côté de la vie. Encore faut-il que nous nous laissions inspirer par l’Esprit.

Le couple lettre-Esprit

Il est donc primordial de comprendre ce couple « lettre et Esprit » et comment il fonctionne, pourquoi l’un prend le dessus sur l’autre.

Ce couple lettre-Esprit dit une chose qui s trouve au fondement de la foi juive et chrétienne : Dieu nous parle au travers d’un texte et c’est son Esprit qui nous aide à la comprendre.

Nous pourrions commencer par nous dire : puisque la lettre est si dangereuse, débarrassons-nous d’elle et gardons seulement l’Esprit ! Arrêtons de lire la Bible qui conduit à tellement de désaccords entre les croyants et conduits certains sur de mauvaises pistes ! C’est une bonne idée… à première vue ! Mais se pose alors une question toute simple : comment allons-nous entendre ou voir l’Esprit ? Car L’Esprit ne nous est pas accessible directement. Nous avons besoin que l’Esprit vienne habiter dans quelque chose de matériel pour que nous puissions le voir. C’est un peu comme l’homme invisible : nous avons besoin qu’il mette des habits pour le repérer.

Quand Dieu est venu en Jésus, Dieu « a revêtu la chair humaine » et les disciples ont pu le « repérer ». Nous, aujourd’hui, nous ne pouvons pas voir Jésus mais lire ce que les disciples ont vu. Nous avons donc besoin de retourner au texte qui nous dit qui est Jésus. La lettre est donc indispensable. C’est par elle que nous pouvons accéder à Dieu.

Que chercher dans les Ecritures ?

Puisque la lettre est le passage obligé, comment faire pour qu’elle ne tue pas mais que l’Esprit puisse nous vivifier ? Le débat entre Jésus et les pharisiens rapporté par l’évangéliste Jean va nous y aider.

Le propos de Jésus est le suivant : vous lisez les Ecritures pour y chercher la vie éternelle alors que les Ecritures me rendent témoignage. Tout est résumé dans ces deux attitudes.

Rencontrer Jésus ou…

Pour Jésus, les Ecritures lui rendent témoignage, c’est-à-dire qu’elles parlent de lui pour nous permettre de le rencontrer. Le but premier de la Bible n’est pas la lecture mais la rencontre. Une rencontre qui se passe en-dehors de la Bible. Quand je lis la Bible, je découvre qui est Jésus : et là, c’est l’illumination : j’ai envie de devenir son ami, sa sœur ou son frère. Lorsque Jésus est mon frère, lorsque je deviens fille ou fils de Dieu, j’ai la vie éternelle.

La lecture de la Bible est comme un tremplin qui me sort de la lecture et met en contact avec le Christ.

… viser la vie éternelle

Pour les pharisiens, il n’en est pas de même : ils lisent la Bible pour y trouver la vie éternelle. Celle-ci ne leur est pas donnée par une rencontre avec Dieu au travers du Christ mais en appliquant la Loi. Pour caricaturer, ce qui est important dans la Bible, c’est ce qu’elle nous dit de faire. Elle devient une marche à suivre, elle devient un livre de recettes : « La Bible a dit de faire comme ceci ».

Un exemple

Dès lors, les mots n’ont pas la même importance. Prenons une image. Si vous voulez rencontrer une personne que vous ne connaissez pas à la gare, vous allez par exemple dire que vous êtes grands, que vous avez des lunettes et un bonnet rouge. Ce n’est pas très précis, mais cela suffit pour permettre la rencontre.

Par contre, si vous faites une chasse au trésor, vous avez besoin d’une description précise de la cachette : il faut retrouver le chêne tout seul sur la colline au nord du village, puis compter 10 pas en direction du sud, etc.

Pour rencontrer quelqu’un les mots importants : petit ou grand, bonnet ver ou bonnet rouge, ce n’est pas la même chose. Mais ce qui vous importe, c’est de reconnaitre la personne. Pour la chasse au trésor, il n’en est pas de même. Les mots doivent être suivis scrupuleusement.

Chercher une rencontre ou un chemin ?

Pour rencontrer quelqu’un, vous aurez le nez en l’air, pour chercher un trésor, vous aurez le nez dans les mots. Toute la différence entre la lettre qui tue et l’Esprit qui fait vivre est là, dans cette attitude. Est-ce que je cherche à rencontrer quelqu’un ou est-ce que je cherche à suivre une voie, un chemin ? Est-ce que je suis ouvert à quelque chose qui va venir de dehors, d’en-haut ou est-ce que je suis concentré sur ce qui vient des mots ?

Je suis le chemin

Vous savez tous que Jésus a déclaré qu’il était le chemin. Il l’a dit à des personnes pour qui la Torah signifie chemin. Pour les Juifs, la Torah est un chemin à suivre, comme on suit les instructions d’une carte au trésor. Quand Jésus leur dit qu’il est le chemin, il invite les Juifs à abandonner leur attitude pour en adopter une autre. Ne cherchez pas à suivre un chemin mais à rencontrer Dieu.

Amour de Dieu ou de soi

Quand la Bible vous permet de rencontrer Christ, l’envoyé de Dieu, l’Esprit vous apporte la vie. Quand vous cherchez dans la Bible un chemin vers le salut, la lettre vous tue. Ce sont deux attitudes différentes qui vous orientent dans des directions différentes : la recherche de Dieu oriente vers Dieu, la recherche du salut oriente vers soi. C’est ce que Jésus reproche aux Pharisiens : « Vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu ».

Outil d’autojustification

Vous retrouvez ici un des enjeux de la Réforme : pouvons-nous nous présenter à Dieu tels que nous sommes ou devons-nous suivre un chemin de justice qui nous donnera accès à lui ? Dès que nous cherchons à nous justifier devant Dieu, nous tombons dans le travers de la lettre qui tue.

Regardez l’histoire de l’Eglise : combien de fois a-t-elle cherché à justifier sa pratique par sa lecture de la Bible ? Et nous-mêmes, combien de fois pensons-nous : « Je fais juste car j’obéis à ce que dit la Bible » ? Nous faisons comme si nous devions passer un test et que la Bible en était le corrigé : nous comparons pour voir si nous faisons juste.

Choisir ses fréquentations

Je ne sais pas si ce que je vous ai dit vous a permis de vous rendre compte que dans un cas, la lettre rigidifie : c’est un chemin, où les mots sont à suivre à la lettre parce que je dois être juste. Tandis que dans l’autre cas, il s’agit de chercher à rencontrer Dieu au travers des mots qui dessinent un portrait un peu flou, aux contours pas très précis mais qui suffisent à la rencontre. C’est cette rencontre qui va nous transformer, nous rendre justes mais aussi bons.

Vous vous souvenez certainement que vos parents avaient le souci que vous ayez des « bonnes fréquentations ». Je peux vous assurer que Jésus est une bonne fréquentation, qui va vous influencer positivement. Cherchez-le, écoutez-le, imitez-le, et vous serez vivifiés par son Esprit.

Amen